Quel bon lait pour moi ?


Alors que certains voudraient nous faire consommer des laitages à longueur de journée, d’autres dénoncent le lait comme étant un véritable poison.

Que croire ?

Et si la voie du milieu se trouvait dans le lait cru de vaches nourries à l’herbe ?

Pour les plus âgés d’entre nous, certains se souviennent peut être du lait qu’on allait chercher à la ferme ou la fruitière et dont on se régalait au petit-déjeuner ou au goûter…

Je vous parle d’un temps presque révolu, mais le lait cru refait largement surface, dans certaines enseignes, en moyennes surfaces, ou en bio…

Néanmoins, il faut le commander souvent, sauf si l’enseigne a ses habitués. La raison est qu’il reste encore largement boudé parce que sa DLC (date limite de consommation) est courte c’est à dire 2-3 jours, et par méconnaissance de ses vertus.

Même son frère dénaturé, le lait pasteurisé ayant une DLC plus courte est également boudé.

Mais comment donc est-ce possible ? Serait-ce que les gens ne savent pas ?

Nous avons tellement été habitués à évoluer dans une ère moderne du tout confort et du tout pratique, qu’il est bien plus aisé de stocker ses packs de lait Stérilisé UHT etc homogénéisé qui sont tout sauf…. du lait…du vrai lait…

En 50 ans nous nous sommes habitués, par praticité, (et parce qu’on n’en trouvait plus ou de moins en moins, et donc à force on ne sait plus, surtout la nouvelle génération), à un aliment qui n’est plus vivant et qui ne nourrit plus la vie, c’est à dire nous, à travers notre corps. Quand j’y pense cela me fait froid dans le dos.

Nous sommes à une époque où, de plus en plus, les aliments morts ou artificiels nous remplissent au lieu de nous nourrir. Comment, l’Humanité peut continuer d’évoluer si elle se nourrit ou plutôt, se remplit de substances, qui ne sont pas issues de la nature, de la vie mais ont été transformées, dénaturées par l’homme ?

Alors bien sûr on s’y perd car les détracteurs du lait ne font pas la nuance entre le lait mort UHTisés etc , et le lait cru, vivant, et mettent au diapason tous les laitages comme étant nocifs. Ou alors, on a l’autre discours officiel qui prône 3 ou 4 laitages par jour sans faire la nuance entre le lait cru et le lait UHTisés.

Personnellement, je préfère mourir de faim que d’absorber ce type de laitage. D’ailleurs j’ai testé sur moi. J’ai été végane pendant 5 ans et ne le suis plus pour raison de santé, (raisons que je ne développerai pas ici pour ne pas alourdir l’article et ne pas tout mélanger). Avant d’être végane, je consommais du lait cru et je galèrais pour en trouver. Ayant repris une alimentation semi-végétarienne, sans viande, j’ai testé le fameux frangin du lait cru en rayon, c’est à dire, le lait pasteurisé à 70°, demi écrémé, non homogénéisé…. Donc, loin d’être le pire… Et bien il n’est pas passé… Alors que le lait cru passe comme une lettre à la poste.

Cela ne serait-il pas qu’on a enlevé quelque chose au lait qui fait que le corps le digère moins bien ?

Oui peut-être, mais on nous a longtemps répété que le lait cru était dangereux car pleins de mauvaises bactéries, et qu’il fallait le faire bouillir. Au 19e siècle et avant, il est évident que le lait cru a pu causer de gros troubles de santé et la mort car la réfrigération n’existait pas pour conserver le fameux breuvage, il y’avait moins de possibilités de soins pour les bêtes, l’hygiène des fermes étaient également moins rigoureuse que maintenant, c'est évident.

Aujourd’hui les cas de brucellose ou tuberculose bovine sont rarissimes sinon inexistants.

En revanche la pasteurisation a permis de ne plus faire fi de la qualité du lait, en rendant buvable n’importe quel lait contaminé. De celui-ci je n’en veux pas. Pour cette raison que j’insiste sur "bio, nourries à l’herbe"… Car cela fait toute la différence.

Le lait cru, étant un aliment vivant, complet en lui–même, permet à l’organisme qui l’absorbe de le digérer et d’assimiler tous les bons nutriments Même certains dits intolérants au lactose se surprennent à bien digérer le lait cru.

La pasteurisation quant à elle détruit tout, les bons comme les mauvais organismes…

Elle dénature les vitamines A et D, le complexe de vitamines B, la vitamine C, réduit la lactoferrine, essentielle pour fixer le fer et pour lutter contre les infections. La plupart des enzymes présents dans le lait cru disparaissent lors de la pasteurisation, enzymes qui permettent entre autre de mieux assimiler le lait, comme la lipase…

Qui se rappelle de cette couche de crème qui se formait en haut de la bouteille de lait ?

Et bien cela n’existe plus à cause de l’homogénéisation qui casse les molécules de graisse, les réduisant de 5 à 1 micron, leur permettant alors de passer la barrière intestinale, de passer alors dans le sang, ce qui n’est pas naturel. Ces substances seront alors perçues par l’organisme comme étant des intrus à faire disparaître, ce qui fera alors le lit de divers problèmes de santé, voire pire, de maladies auto-immunes… Mais que voulez-vous il faut bien que le procédé industriel garantisse la même teneur en gras de chaque bouteille.

Vertus du lait cru

Le lait cru contient :

  • Des protéines : essentiellement la caséine qui aide au maintien d’une bonne tension artérielle et permet une meilleurs assimilation des nutriments

  • Des probiotiques : le lait cru en regorge ce qui bénéficie à la flore digestive

  • Des enzymes : le lait cru contient un nombre variés d’enzymes, rendant possible sa digestion ainsi que celle d’autres aliments

  • Des omega-3 : le lait cru contient 62% de plus d’omega-3 et 25 % de moins d’omega-6 par rapport au lait conventionel

  • Du calcium : essentiel pour la santé des os

  • Des vitamines et minéraux : le lait cru contient des vitamines A, B, C, D, E et K, ainsi que du magnésium, du phosphore et du fer

  • ALC (acide linoléique conjugué) : si les vaches sont nourries à l’herbe plus de 200 jours par an, elles produisent un lait riche en ALC qui serait un acide protecteur du cancer

  • Des phospholipides qui améliorent la digestion intestinale des lipides, et réduisent le cholestérol

  • Des Glycospingolipides : protecteur du système digestif et permettent une résistance aux infections

  • Un précurseur du glutathion (antioxydant). Une cure de lait cru ou de petit lait (liquide résiduel après la coagulation de fromage frais) a des effets bénéfiques sur le stress oxydatif

  • Le lait cru a des effets protecteurs contre l’asthme, le rhume des foins et prévient l’apparition un terrain propice aux allergies

J'espère vous avoir donné une autre vision du lait.

Le lait cru est inégalable pour réussir une délicieuse et onctueuse crèmes aux oeufs.

C’est comme tout, ne pas en abuser. Choisir le meilleur et en consommer moins.

Nos aïeux étaient loin d’atteindre notre consommation de laitage actuelle et les vaches n’étaient pas poussées toute l’année à donner du lait.

Le lait cru est un aliment et non pas une boisson désaltérante. Il est également essentiel de varier les sources de protéines. Enfin, ne pas oublier son précieux allié : le beurre de lait cru et les fromages au lait cru, de vaches, de brebis, de chèvres....

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2016/02/09/raw-milk-asthma-allergies.aspx

http://www.bio-dynamie.org/wp-content/uploads/2012/09/lait-ferme-protege-enfants-asthme-rhume-foins.pdf

http://www.leparisien.fr/societe/allergies-les-vertus-du-lait-cru-12-06-2016-5875603.php

https://www.westonaprice.org/

Posts
Posts Récents

Mes conseils ne vous dispensent aucunement de votre suivi médical habituel. Ils viennent en complément, et vous apportent

un accompagnement supplémentaire visant à préserver et à renforcer votre capital santé.